ASSURESCO - Courtage d'assurance

· Maritime
· Aérien
· Terrestre
· Ferroviaire
· Fluvial

· Agroalimentaire
· Sciences de la Vie

· Risques Divers

Risques agroalimentaires

Les matières que vous utilisez sont
des matières sensibles :

  • Contamination
  • Variabilité
  • Disponibilité
  • Réglementation

Vos process sont générateurs de risques :

  • Installations Seveso
  • Atmosphères explosives (ATEX)
  • Solvants/Humidité

Vos consommateurs sont de plus en plus exigeants :

  • Influence des associations, des ONG
  • Cahiers des charges de la grande distribution
  • Crises alimentaires relayées par les media
  • Autorités qui s’abritent derrière le principe de précaution

Les conséquences peuvent être incalculables :

  • Mise en jeu de votre responsabilité Civile
  • Frais de retrait
  • Perte d’image

Assuresco est à vos côtés :

Nous sommes issus de votre industrie, partageons vos préoccupations.
Nous bâtissons avec nos partenaires assureurs des programmes adaptés

Contact :

Emmanuel Blachez
01 45 26 83 88
emmanuel.blachez@assuresco.fr Ingénieur Agronome Paris Grignon 81/ ESSEC
20 ans dans l’industrie agroalimentaire

 

Vous êtes :

Opérateur de transport :

Assuresco est votre interlocuteur compétent et diligent.

Importateur, exportateur, négociant:

Mieux comprendre vos risques de transport

Partenaire de la filière agroalimentaire :

Nous sommes des spécialistes de votre secteur : Examinez notre offre !

PME/Start-up :

Quels sont vos besoins spécifiques ?
Et quels sont les vôtres en tant que dirigeant ?

Les mesures des assureurs face à la tempête Klaus. 

 La FFSA a publié un certain nombre de mesures prises suite à cet évènement majeur:

– La prolongation des délais de déclaration de sinistres jusqu’au 28 février, au lieu de 5 jours prévus contractuellement. Ce délai pourra être étendu en cas de circonstances exceptionnelles justifiant l’incapacité de pouvoir procéder à la déclaration dans la période impartie ;

– L’instauration d’un seuil en dessous duquel les assurés pourront être indemnisés sans expertise, fixé à 2 000 € pour les habitations. Il est porté à 3 000 € pour les PME, les artisans et les commerçants. Cette mesure va permettre d’une part d’assurer une indemnisation rapide d’une majorité des victimes de la tempête, et d’autre part de mobiliser les experts sur les dommages les plus importants ;

– La prise en charge de la repose des antennes de télévision arrachées lors de la tempête ;

– L’élaboration d’une convention entre assureurs, destinée à éviter les procédures judiciaires longues, lorsque les dommages subis sont causés par un tiers responsable (dommages causés par un arbre ou une tuile d’un voisin…) ;

– La non fourniture d’attestation de vitesse du vent normalement obligatoire pour les assurés, les données de Météo France faisant foi dans les départements concernés par la tempête.

Par ailleurs, la profession a décidé de mettre en place un réseau de correspondants chargés, dans chaque département, de coordonner l’ensemble des actions et de dialoguer avec les autorités publiques et le coordinateur nommé par le gouvernement.

Enfin, les assureurs ont décidé de faire bénéficier aussi largement que possible leurs assurés d’avances sur indemnisation selon les besoins et les circonstances, avec une attention toute particulière pour les personnes en grande difficulté du fait des conséquences de la tempête.